Je préfère le dissensus dur au caramel mou

Je préfère le dissensus dur au caramel mou
Medusa – Il Caravaggio

Parfois on aimerait, face à la violence du monde, qu’un garçon vous prenne dans ses bras et murmure : « Ça ira, je suis là, on connaîtra des jours meilleurs… »

vendredi 29 juin 2018

Explicit

Vingt-neuf juin 2018 : c'est le temps de partir, ou tout au moins d'arrêter, en tout cas de fermer. It's just closing time. 


16 commentaires:

estèf a dit…

Pourquoi pas le 30 ?
Bon, tu me manqueras ici.
Ath plaser
Bises

Anonyme a dit…

Il est des choses qui nous remplis de tristesse...
En partage, en gratitude de la clarté lumineuse du lys, ce petit texte lu ce matin :
"Aujourd'hui, l'esprit se réfugie où il peut, dans un brin d'herbe, ou dans cette tourterelle que j'ai vue l'autre jour, aussi blanche qu'une boule de neige, et qui était d'une tranquilité absolue, avec les petites perles de la pluie tout autour. Elle était si douce qu'elle faisait comprendre ce qu'est la pluie et qu'on ferait mieux de médire des activités des hommes que des intépéries."
Il est de Christian Bobin.
Bel été, Céléos, au-delà de toutes circonstances, vous trouverez bien toujours un brin d'herbe pour vous sourire...
Marie

Celeos a dit…

@ estèf : te legirai. Potons

@ Marie : bel été à vous ! les brins d'herbe, les écureuils et pics épeiches, le murmure du ruisseau, le vent dans les peupliers me sourient presque tous les jours...

Silvano a dit…

Vous trouverez bien un de ces jours quelque véhémence à partager, allez ! À bientôt, j'espère.

Celeos a dit…

@ Silvano : ce ne sont pas les sujets d'indignations qui manquent, hélas. Vient un moment où l'on n'a plus tout à fait l'esprit à les partager.

joseph a dit…

J'écouterai plutôt "A song to say goodbye " de Placebo ; car seul ce type de remède me permettra de suturer le vide _ merci mille fois de vos écrits, échos pas si éloignés que cela de mes ressentis _

Celeos a dit…

Je vous embrasse, Joseph.

FrançoisB92 a dit…

Merci pour tout! Vous allez me manquer! Nous manquer!
Bonne suite.

François B

Celeos a dit…

Merci François, votre amitié virtuelle m'a été précieuse.

arthur a dit…

je te lis toujours avec impatience et avidité, même si je commente peu! moi, je regrete vraiment ce départ. Je peux le comprendre, mais ca m attriste; J'espère en tous les cas que tu es peut-etre sur d'autres projets, tout aussi interessants?
bonne route à toi, kalo taxidi!!

Celeos a dit…

Ευχαριστώ φίλε μου; ma route continue différemment. Je souhaite à la tienne d'autres beaux et agréables garçons à rencontrer. Φιλάκια

estèf a dit…

J'ai trouvé pourquoi Celeos nous quitte. Il reprend à la rentrée la chronique internationale de Bernard Guetta, qui a fait sa dernière sur France inter ce matin. Le contrat présente une clause d'exclusivité. Chapeau !

Celeos a dit…

En fait, estèf, pour tout te dire... Je pars avec Bernard Guetta !

estèf a dit…

Alors dis-le ... c’est toi Bernard Guetta l, on t’avait reconnu avec tes chroniques où tu te lâchait plus qu’à la radio et où tu permettais de dire « ce pauvre Bernard Guetta » .,,

Celeos a dit…

:-)

joseph a dit…

I'm sorry, so sorry … air connu des années 50 je crois, j'avais entre 2 et 12 ans et guetta rejoint le Gotha alors: danger , pollution_